Sport & Rhabdo.

SEPTEMBRE. Pour plusieurs, l’automne est une période de remise en forme. Pour préserver votre santé, les Directives canadiennes recommandent un minimum de 150 minutes d’activité physique et de 2 séances d’activité musculaire par semaine. Bien que le sport ait de nombreux bienfaits sur la santé, sa pratique extrême peut avoir des effets néfastes.

Le slogan publicitaire « Strong is the new skinny » (La force est la nouvelle minceur) incite désormais la population à participer à des séances d’entraînement de haute intensité où les muscles sont constamment sollicités. Or, un effort physique intense, prolongé et surtout inhabituel peut entraîner l’effet souhaité inverse, soit la destruction des muscles. La mort et la dégradation des cellules du muscle entraîne alors la libération de protéines (myoglobine) dans le sang.  Ces protéines peuvent éventuellement causer un mauvais fonctionnement des reins (insuffisance rénale). C’est ce qu’on appelle la rhabdomyolyse.

La rhabdomyolyse se caractérise par des douleurs musculaires, une fatigue généralisée, des nausées, des vomissements et/ou une urine foncée (couleur Coca-Cola). Elle peut être le résultat d’un effort physique excessif, d’une progression trop rapide de l’activité physique, d’un entraînement par temps chaud, d’une déshydratation ou encore d’une alimentation inadéquate. D’ailleurs, le Crossfit® a une « mascotte » non-officielle qui vise à sensibiliser ses adeptes au risque du surentraînement. Uncle Rhabdoun clown branché à une machine d’hémodialyse, rappelle l’importance de respecter ses limites lors de l’entraînement.

Comment prévenir la rhabdomyolyse?

  • Augmenter graduellement l’intensité, la durée et la fréquence de vos entraînements;
  • Allez à votre rythme et respectez vos limites, SURTOUT lors des séances de groupes;
  • Hydratez-vous bien lors d’une séance d’activité physique.

Peu importe l’activité physique, elle sera EXCELLENTE pour votre santé si vous la pratiquez de manière progressive et avec modération. On ne devient pas un athlète olympique du jour au lendemain. 

Pour les professionnels de la santé qui souhaitent en connaître davantage sur la rhabdomyolyse, voir l’article de Leddy III (2015) dans les références. 


Gergelé. L. et al. (2010). Du sport extrême à la réanimation. Réanimation, 19. 416-422 Récupéré de : http://www.srlf.org/rc/org/srlf/htm/Article/2011/20110805-113918-616/src/htm_fullText/fr/1009-Reanimation-Vol19-N5-p416_422.pdf

Leddy III, M.J. (2015). Exertional Rhabdomyolysis. Sports Medecine Update. 2-4. Récupéré de : http://ojs.sagepub.com/site/misc/Rhabdo%20May-June%2015.pdf

Société canadienne de physiologie de l’exercice. (2015). Directives canadiennes en matière d’activité physique et en matière de comportement sédentaire. Récupéré de : http://www.csep.ca/francais/view.asp?x=949#

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s