Le Tako-Tsubo

heart-297313_1280

Encore une fois, cette pathologie est vulgarisée dans les grandes lignes.

Le syndrome de Tako-Tsubo ou celui du cœur brisé est bien méconnu et insoupçonné. Évidemment, vous savez comme moi que depuis plusieurs années, le stress est très lié aux problèmes cardiovasculaires. D’ailleurs, je suis certaine que lorsque vous êtes stressé, il vous arrive parfois d’avoir des palpitations, c’est-à-dire que vous sentez votre cœur battre rapidement dans votre poitrine. En effet, depuis 1991, nous sommes en mesure de relier stress et problème cardiaque, ce phénomène/événement étant nommé cardiomyopathie de Tako-Tsubo, lorsque celui-ci devient pathologique.

Maintenant que vous savez d’où ça provient, décortiquons le mot ensemble. Cardiomyopathie. Un mot long et compliqué. Cardio = cœur. Myo = muscle. Pathie = provient du grec et veut dire : ce que l’on éprouve. Donc, une affection au muscle du cœur, si on veut.

Allons-y maintenant avec une définition. Tout d’abord, comme dit plus haut, la cardiomyopathie de Tako-Tsubo est directement reliée au stress (physique ou psychologique). C’est donc un problème transitoire, de forme rapide, normalement de courte duré, qui crée une «dysfonction/défaillance» au niveau du cœur et ce, déclenché par un élément stressant.

Sachez que le mot Tako-Tsubo est d’origine japonaise. C’est le mot désignant les pièges pour capturer les pieuvres. Pourquoi donner un nom d’origine japonaise à un problème de cœur, huh ? Lors de l’écographie du cœur atteint d’un syndrome de Tako-Tsubo, le ventricule gauche (du cœur) aura cette même forme (de piège à pieuvres étroit) lorsqu’il se contractera (pour faire battre le cœur).

Selon perspective infirmière, la prévalence de ce syndrome est sous-estimée en raison de la méconnaissance de la pathologie. Il n’y a pas de facteurs prédisposants au syndrome de Tako-Tsubo, sauf peut-être vivre un grand stress émotionnel et posséder un cœur… Le syndrome de Tako-Tsubo atteint davantage les femmes, âgées entre 58 à 75 ans (bien qu’il y ait d’autres cas dans d’autres tranches d’âges!) qui vivent un stress émotionnel ou physique intense. Fait intéressant, de Thanavaro et Thanavaro, les recherches avances que du à l’âge, les femmes perdraient la protection que leur apporte leurs oestrogènes (hormones) et cela augmenterait le phénomène de dilatation du ventricule gauche au niveau du cœur. De plus, il semblerait que le syndrome de Tako-Tsubo pourrait être relié à une augmentation des catécholamines. Les catécholamines de façons très vulgarisées peuvent être comparées à une sorte d’hormone de «stress», qui font passer des messages par les neurones.

Donc, si le Tako-Tsubo peut être relié à une augmentation des catécholamines, il est donc relié au stress, me suivez-vous? De plus, ce que j’entends par événement stressant; annonce de la perte d’un être cher, de violence conjugale, des désordres physiologiques, un accouchement, traumatisme crânien, crises d’asthme sont en soi, des événements stressants prédisposant.

Les signes et symptômes du Tako-Tsubo n’ont pas grand chose de différent avec l’infarctus du myocarde (du coeur). En fait, ce sont les mêmes. Grande douleur aiguë à la poitrine sous forme de serrement, dyspnée importante (difficulté respiratoire), de l’hypotension (la baisse de la tension), de l’oedème pulmonaire (de l’eau dans les poumons). Par contre, lors de la coronarographie (on passe par les artères pour aller voir le cœur) celle-ci sera normale! En effet, le grand stress provoquera une constriction intense des artères du cœur, ce qui explique les symptômes ci-haut, mais le cœur ne sera pas en souffrance pour autant. (Donc pas d’artère de bouchée, nécessairement)

Ce syndrome est transitoire et se règle en quelques semaines avec la médication. C’est un syndrome qui peut faire peur, mais qui se gère facilement avec des bons soins et une bonne surveillance médicale.

Références :

Derrick D. «The broken heart syndrome; Understanding Takotsubo cardiomyopathie», Critical Nurse Care, Vol 29 N.1, fév 2009. P 49-57

Milhomme, Daniel, «Stress et maladie cardiaque : La cardiomyopathie de Tako-Tsubo», Perspective infirmière, Vol.11 N.2, Mars-Avril 2011, (https://www.oiiq.org/sites/default/files/uploads/pdf/publications/perspective_infirmieres/2011_vol8_no2/09_tako-tsubo.pdf )

Thanavaro, J.L et K.L «Thanavaro Appical balloning syndrome : the broken heart syndrome», Journal of Nurse Practitioners, Vol 5. N 10, 2009, p. 767-772

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s